Le peuple rrom et ses noms

Le peuple

Les ancêtres des Rroms ont quitté l’Inde du Nord (probablement la cité de Kannauj, non loin de Lakhnau, et ses proches environs) vers le XIème siècle de notre ère, “n’emportant pour tout livre, à en croire le proverbe, que leur langue : le rromani”. Celle-ci, comme les autres langues modernes de l’Inde du nord, s’est développée à partir de parlers populaires dont la forme savante était le sanskrit.

Au cours de la migration de ses locuteurs depuis l’Inde jusqu’à l’Europe puis vers d’autres continents, le rromani s’est enrichi de nombreux apports, surtout lexicaux, d’origine persane, caucasienne et balkanique, puis, plus localement, des diverses langues européennes en contact. Aujourd’hui, plus de 95 % des Rroms sont sédentaires, souvent depuis des générations, et dispersés dans une cinquantaine de pays d’Europe, d’Amérique et d’Australie — auxquels s’ajoutent la Turquie et l’Iran. Le terme “tsigane” (du grec “intouché” ou “intouchable” — à l’origine nom d’un tout autre groupe : une secte manichéenne qui avait précédé les Rroms à Byzance) désigne, selon le contexte, soit les 4 ou 5 % de Rroms non implantés en un lieu fixe, soit à la fois ceux-ci et les quelques groupes à mode de vie itinérant (Travellers celtes, Yéniches germaniques etc…) ou non (Ashkalo-Egyptiens, Rudari-Beás etc…), soit encore tous ces derniers joints à l’ensemble des Rroms, indépendamment de leur mode de vie. Cette imprécision, ajoutée au fait que “tsigane” est injurieux dans de nombreuses langues d’Europe explique pourquoi le mot “Rrom”, par lequel les intéressés se désignent eux-mêmes, lui est préféré pour désigner ce peuple d’origine indienne caractérisé par l’usage ou le souvenir d’une des formes de la langue rromani. Il existe d’ores et déjà une littérature de plusieurs centaines de titres en rromani.

Comment nommer le peuple ?

Il existe en français un certain nombre de mots qui font référence au peuple rrom, depuis Sarrasin – tel qu’il a été utilisé dans le premier texte en actuel territoire français (à Châtillon-sur-Chalaronne dans les Dombes) jusqu’à Rrom – qui fait pratiquement l’unanimité au niveau européen de nos jours.

On peut relever en outre principalement:
Romanichel – qui signifie simplement en rromani “peuple rrom” mais a acquis en français une connotation très négative, laquelle en rend l’usage très délicat voire impossible, malgré fait que sur le fond le mot Romanichel ne véhicule rien de mauvais.
Bohémien – qui est très démodé et par suite évoque une vision très passéiste des Rroms et de la société environnante; il provient du fait que certains Rroms se seraient jadis présentés avec des sauf-conduits de Sigismond de Luxembourg (1387-1437), roi de Bohème.
Manouche – “être humain” en rromani; en réalité ce terme n’est utilisé qu’en France et il désigne l’ensemble des Rroms qui ont longtemps séjourné dans les pays de langues germaniques et quasiment perdu l’usage du rromani.
Sinto , pl. Sinté – désigne au propre les premiers Rroms à être parvenus en Italie du nord et en partie en Provence. Ce mot a bien entendu été rapproché du mot Sindh, désignant l’Inde en arabe ancien (supplanté plus tard par la forme al-Hind empruntée au persan) sans qu’un lien ait pu être établi avec certitude. Il semble que le mot soit passé en argot allemand (Rothwelsch – litt. “latin de l’armée”) et qu’il ait été adopté ensuite par les Rroms de pays germaniques pour se désigner eux-mêmes, ceci à la place du mot Kahlo – traditionnellement en usage chez eux jusqu’au XVIIIe siècle.
Gitan – mot grec signifiant “Égyptien” et passé en français par l’espagnol. Aujourd’hui il tend à désigner spécifiquement en français les Rroms de la péninsule ibérique, lesquels ont perdu depuis longtemps (XVIIIe siècle) l’usage du rromani, à l’exception de quelques dizaines de mots qu’ils utilisent comme un argot en espagnol et catalan.
Egyptien – c’est la version française du mot précédent, que l’on retrouve notamment dans Molière, Voltaire (“Essai sur les mœurs”) et divers auteurs classiques.
Aussi bien Gitan qu’Egyptien (et l’anglais Gypsy) reposent sur une série de malentendus dus à la fois à la méconnaissance de l’histoire scientifique au moment de leur apparition qu’à la force des idéologies religieuses à la même période. Il est à noter que les mots Gitan, Egyptien et Gypsy sont parvenus en Europe occidentale par un canal méridional catholique.
Tsigane – ce mot comporte de nombreuses variantes régionale selon les langues. Il est parvenu en Europe occidentale un peu plus tard que le précédent, ceci par un canal oriental initialement départ orthodoxe, grec puis roumain, puis indépendamment des Églises ortho-doxes. En réalité le mot était apparu d’abord sous la forme francisée cigain, puis tsigane a été introduit vers le milieu du XIXe siècle, avant d’être concurrencé par tzigane, plus exotique, au moment des premières foires universelles de Paris – alors que Bohémien et Romanichel restaient les formes préférées hors contexte exotique et musical (il s’agissait presque toujours des Rroms d’Europe de l’Est).

Ces deux termes ont été supplantés – pour des raisons de correction politique, par “nomades” après 1912 puis par “voyageurs” puis par “gens du voyage” (GdV), après guerre dans l’usage recommandé, ceci afin de transformer l’identité ethnique évoqué tant par Bohémien que par Romanichel , en identité administrative. C’est dans ce contexte qu’un groupe de chercheurs et travailleurs sociaux des années 50 a choisi de recourir à nouveau, là encore pour des raisons de correction politique, au vieux mot “tsigane“, permettant d’éviter à la fois les mots Bohémien et Romanichel perçus comme offensants, et les mots “voyageurs” et “gens du voyage”, qui désignaient une autre réalité – certes en partie recoupant la première mais radicalement différente. C’est ce groupe qui a fondé l’association “Etudes tsiganes” et sa revue éponyme. Même si leur option pour tsigane avait son sens à l’époque, puisque leurs informations étaient très limitées tant dans la France de leur époque qu’au plan historique et international, ce choix n’est plus adapté à la période actuelle ni à venir.
Enfin nous avons le mot Rrom, qui est celui que les intéressés eux-mêmes se donnent en communiquant en langue rromani – même si on observe parfois des cas de désolidarisation déclarative de la part de certains Rroms (notamment en Roumanie sous la pression de la pensée dominante, voire raciste unique), alors même que le seul terme qu’ils utilisent en rromani est bel et bien Rrom.

Etat des lieux aujourd’hui

Actuellement, pratiquement toute la presse française a intégré le mot Rrom (plus souvent écrit Rom) à son usage standard. Ses détracteurs prétendent qu’il s’agit d’une invention politique. On peut même lire que ce mot n’existe pas en rromani – ce qui est un mensonge à l’état pur, puisque c’est le seul qui existe en rromani pour désigner l’ethnie considérée. En réalité il est signalé en dehors du rromani dès 1385, par l’Italien de Frescobaldi dans son récit de voyage, lorsqu’il passe à Méthone en Grèce. Il ne s’agit donc ni d’un néologisme lexical, ni d’une invention politique.

Un certain nombre de gardiens du temple (ou néophobes) s’efforcent de faire rejeter le mot Rrom de tout usage en français et n’hésitent pas à utiliser des ruses souvent naïves pour ce faire, ce qui ne fait que trahir la dimension émotionnelle et non scientifique de leurs menées. Pourtant :

a) cette attitude est contraire aux dispositions légales internationales qui prescrivent l’emploi du nom qu’un peuple utilise pour se désigner (endonyme) en tant que nom que les autres langues doivent intégrer pour désigner le dit peuple. Nous avons vu cela pour Same au lieu de Lapon, pour Unuit au lieu de Eskimo etc…
b) la notion de Rrom et celle de tsigane ne recouvrent pas les mêmes groupes humains, tant en France qu’au niveau européen et les confondre en une seule entité relève du mépris raciste – cela reviendrait mutadis mutandis à confondre par exemple arabe et musulman….
c) tsigane a une forte connotation négative – notamment en Roumanie, où il désigne le descendant d’esclave, un peu comme Negro aux Etats-Unis. Or Negro n’est plus en usage. En polonais wycyganić signifie “soutirer par ruse” et cyganić “mentir, tromper”, comme en slovaque, tandis que ciganiti signifie en serbo-croate “1. mendier; 2. marchander sans fin; 3. puer” et ciganija “coup bas”. Mais ces usages ne se limitent pas à l’Europe de l’est: to gyp est “arnaquer” en anglais et un objet de piètre qualité ou de contrefaçon est qualifié de gitan en français: des Nike de gitan…
d) l’argument ironique prétendant qu’on ne peut supprimer le mot tsigane des usages du français ne tient pas, car – si l’on compare à nouveau avec Negro – ce terme est utilisé dans trois contextes:
– les travaux historiques
– le langage des racistes (par exemple dans des films ou les citations)
– certains aspects artistiques, comme le Negro Spiritual – et un usage similaire de tsigane peut être fait en français et dans les autres langues.
e) on entend aussi que tsigane n’est pas (ou pas forcément) péjoratif en français. Soit sur le principe, mais voyons la réalité. Je prends un texte historique et donc objectif et neutre (c’est un texte de Antohi qui parle de Bălăceanu, fondateur d’un phalanstère fouriériste à Scăeni près de Prahova en Roumanie):
“Quant à son non-conformisme, il n’est rien moins que trivial : il divorce d’une femme “du monde” et, malgré le désaveu public, il légalise une liaison avec une tsigane, une ancienne esclave de son domaine”.
Ce texte ne semble pas taché de mépris. Imaginons pourtant qu’il ait écrit:
“Quant à son non-conformisme, il n’est rien moins que trivial : il divorce d’une femme “du monde” et, malgré le désaveu public, il épouse Stanca Constantinească, une rromni de 27 ans, une des esclaves de son domaine, émancipée lors de la fondation du phalanstère et qui était aussi l’institutrice de la classe des filles”. [c’est la vérité historique]
Maintenant relisons le premier texte. On voit la différence de connotation entre une tsigane et une rromni.
Dans ces conditions, et en prenant en considération l’avenir plutôt que le passé, il nous semble indispensable d’utiliser le mot Rrom (sur les deux rr, voir document UNESCO ci-dessous) dans tous les contextes neutres et objectifs, notamment en histoire et dans tous les domaines de la pédagogie.

Marcel Courthiade
Professeur de langue et civilisation rromani à l’INALCO

Formes recommandées :
Formes recommandées

Le nom ethnique des Rroms et ses deux R, lettre à la délégation de l’Unesco (PDF) :
RROM-UNESCO